Ossip Lubitch

1896 1990
(Belarus) 1896 /   (France) 1990

Issu d'une famille de forgerons, Ossip Lubitch passe son adolescence à Odessa, il y étudie pendant quatre ans à l'Académie des Beaux Arts.

En 1919, il part à Berlin avec un groupe d'artistes russes dont Pavel Tchelitchev, Jean Pougny et Lazare Meerson avec lesquels ils créent des décors de théâtre et des décors de cinéma. Lubitch rêve de se consacrer entièrement à la peinture et envisage de partir à Paris.

En 1923, un contrat pour la décoration d'un cabaret montmartrois lui donne l'occasion de rejoindre la capitale. Il étudie alors l'art des grands maitres et comprend à travers l’oeuvre de Rembrandt, de Goya et de Degas l’importance du dessin.

En 1925 le sculpteur Antoine Bourdelle l’encourage et l’introduit aux salons des Tuileries.

A Montparnasse, Lubitch se lie d'amitié avec Zygmund Schreter et les sculpteurs Iréne Codreano et Léon Indenbaum. Il fréquente le groupe de musiciens "Triton" composé de jeunes compositeurs tel que Marcel Mihalovici, Tansman, Conred Beck, Martinu, les pianistes Monique Hass, et Ina Marika, et le chef d'orchestre Charles Munch.

En 1934, il publie un album intitulé Cirque qui comprend un ensemble de dix eaux-fortes acquateintes préfacé par Georges Rouault sous la forme d'un poème.

Pendant la guerre, Lubitch ne cesse de peindre dans son atelier, rue d'Odessa, à Montparnasse.

En 1940, il ne se déclare pas comme juif à la préfecture de Police.

Mais dénoncé en 1944, il est arrêté et interné à Drancy. Il est parti de Drancy le 18 aout 1944 le lendemain du dernier convoi pour Auschwitz.

Il léguera ses dessins exécutés à Drancy à l’institut Yad Vasheim de Jerusalem, pour la commémoration de la mémoire des victimes et des justes de la Shoah.

A la Libération il retourne à Paris et s’installe rue Campagne Première. Il rencontre Suzanne Boulboire également peintre, qui deviendra sa femme. De leur union naîtra une fille.