Gabriel Zendel

1906 1994
(France) 1906 /   (France) 1994

Gabriel Zendel est d’origine polonaise par sa mère, Regina Jaskierowitz. Son père l’engage à l’âge de quatorze ans comme aide dans sa librairie, avenue Jean-Jaurès à Paris, où le jeune Zendel installe un chevalet dans l’arrière-boutique. Ses parents l’encouragent très tôt à peindre. En 1925, Zendel entre à l’Institut d’Esthétique contemporaine, rue Notre-Dame-des-Champs, où Paul Bornet enseignait. L’année suivante, il part pour le Maroc faire son service militaire pendant dix-huit mois. De retour à Paris, il reprend ses cours chez Paul Bornet qui lui apprend toutes les techniques de la gravure sur cuivre, sur bois, ainsi que le tirage des épreuves. Il étudie pendant trois ans et parallèlement travaille dans la publicité pour gagner sa vie. Il voyage en Hollande et dans le nord de l’Italie d’où il rapporte de nombreux dessins.

En 1929, Zendel vend sa première toile, Paysage de Montmartre, et acquiert une certaine notoriété. Sur la demande de Jean Cassou, l’État lui achète un tableau.

Zendel voyage peu mais dessine beaucoup dans les environs de Paris, à Meudon et à Chaville.

La guerre déclarée, il est mobilisé dans un train sanitaire. Il continue à dessiner et envoie ses travaux en vue d’une exposition à Amiens, mais tout disparaît lors de la destruction de la ville. En décembre 1939, il épouse Agathe Schneider .Démobilisé en juillet, il revient à Paris, se fait arrêter mais arrive à s’évader et s’installe à Cannes où il peint avec acharnement. À la fin de la guerre il regagne son atelier parisien.

En 1947, Zendel réalise vingt-cinq dessins pour Le Cirque de Léon-Paul Fargue et envisage de publier un livre sur la danse. Ce projet restera à l’état d’ébauche. En 1949, il est en Amérique à l’occasion d’une exposition dans la galerie new-yorkaise Durand-Ruel et le collectionneur Stephen Clark lui achète une toile. Durand-Ruel organisera à Paris plusieurs expositions de Gabriel Zendel.