Arthur Kolnik

1890 1972
(Ukraine) 1890 /   (France) 1972

Arthur Kolnik est né à Stanislavov, petite ville de Galicie, alors province de l’Empire austro-hongrois. Son père, lituanien, est comptable et sa mère, d’origine viennoise, tient un magasin.

En 1905, il découvre la littérature yiddish à Czernowitz, lors de la première conférence sur la langue yiddish, animée par plusieurs écrivains dont I. L. Peretz, Cholem Aleichem, Shalom Ash et Nomberg.

En 1909, Kolnik entre aux Beaux-Arts de Cracovie et suit l’enseignement de Jacek Malezcewski et Joseph Mehoffer, portraitiste et auteur de vitraux à Fribourg (Suisse).

Mobilisé dans l’armée autrichienne en 1914, il est blessé en 1916 et rapatrié à Vienne où il fait la connaissance du peintre Isidor Kaufmann.

Kolnik s’installe en 1919 à Czernowitz, alors annexé par la Roumanie, et rencontre l’écrivain et poète Itzik Manguer et le conteur Eliezer Steinberg pour qui il réalise plusieurs illustrations.

En 1920, à la suite d’une annonce dans un journal yiddish de l’exposition new-yorkaise sur les peintres juifs polonais, Kolnik s’embarque avec une cinquantaine de toiles pour les États-Unis. Il apprend qu’il est trop tard pour que ses toiles figurent à l’exposition, mais par chance rencontre le photographe Alfred Stieglitz, qui lui trouve une galerie et y organise une exposition.

En 1931, Kolnik arrive à Paris avec sa famille. Durant plusieurs années, il doit renoncer à peindre. Sa femme donne des leçons de piano et il dessine pour des journaux de mode. Il réalise un album de 24 gravures, Sous le chapeau haut de forme, préfacé par Henri Barbusse, en 1934, puis 12 planches pour Les Personnages de Grosbart. Il illustrera enfin Métamorphoses d’une mélodie, de I.L. Peretz en 1948.

En 1940, il est interné avec sa femme et sa fille au camp de Récébédou, en Haute-Garonne.

Après la guerre, Arthur Kolnik effectue plusieurs séjours à Londres, New York, Cracovie, Vienne, Riga et Buenos Aires où il expose. Il collabore à la revue Nos artistes. En 1955, il reçoit le prix Chaban, à New York, pour l’ensemble de son œuvre graphique. En 1962 a lieu sa première exposition particulière à Paris, à la galerie Creuze. 1962 est aussi l’année de son premier voyage en Israël.